ENREGISTREMENT
ESPACE PERSONNEL
РУССКИЙ
ENGLISH
DEUXIÈME FORUM FÉMININ EURASIEN


Document Final du deuxième Forum féminin eurasien

DOCUMENT FINAL

du deuxième Forum féminin eurasien  

Saint-Pétersbourg,

Fédération de Russie

 

19-21 septembre 2018

Nous, les PARTICIPANTS DU DEUXIÈME FORUM FÉMININ EURASIEN, assistés à la réunion à Saint-Pétersbourg durant l’année du soixante-dixième anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale de l’ONU et du vingt-cinquième anniversaire de l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Vienne lors de la deuxième Conférence mondiale sur les droits de l’homme ;

affirmant l’importance de l’exécution par les États des dispositions de la Charte des Nations Unies et de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, ainsi que la valeur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, de la Déclaration et du Programme d’action de Vienne, de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, de la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et d’autres textes de droit internationaux dans ce domaine ;

étant fortement engagés à poursuivre nos efforts visant à assurer l’égalité des hommes et des femmes en tant que partie intégrante des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans l’intérêt de toute l’humanité ;

appelant à la création des conditions pour la participation pleine et égale des femmes dans les domaines politique, économique, social et culturel de la société, notamment par l’adoption de stratégies nationales pertinentes dans l’intérêt des femmes ;

étant conscients de la fragilité et de la vulnérabilité du monde contemporain en raison de l’instabilité politique, économique et sociale, de la menace croissante du terrorisme international, des conséquences des conflits locaux et régionaux, des changements climatiques globaux, de la pollution de l’environnement, des épidémies et des risques technologiques ;

étant angoissés par l’augmentation du nombre d’actes de violence et de terrorisme provoqués par la propagation de l’idéologie du nazisme, par le néonazisme, le racisme, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, dont les femmes font l’objet sous formes différentes ;

étant convaincus du rôle important des femmes dans la prévention de l’émergence et de la propagation des conflits armés et des catastrophes humanitaires, dans le choix des réponses efficaces et en même temps adéquates aux défis et aux menaces actuels ;

reconnaissant la contribution unique des femmes au développement du dialogue interreligieux et interethnique et à la formation d’une culture de la paix en tant que condition préalable essentielle pour la prévention des conflits armés et la coopération internationale pour la paix et le développement ;

avec l’assurance de la nécessité d’une participation plus active des femmes dans la gestion publique et aux élections à tous les niveaux, dans la vie publique et politique, ainsi que de la suppression, à cet effet, des obstacles juridiques, administratifs, culturels et économiques ;

constatant avec satisfaction la double augmentation de la représentation des femmes dans les parlements du monde, nous félicitant du fait qu’aujourd’hui chaque cinquième parlementaire de la planète est une femme, tout en notant l’aspiration à atteindre la parité entre les hommes parlementaires et les femmes parlementaires vers l’an 2030 ;

comprenant l’importance de l’égalité des chances pour la participation des hommes et des femmes dans la promotion du développement durable, la réduction de la pauvreté et la réalisation des Objectifs de développement durable avant l’an 2030 ;

soulignant les enjeux de l’utilisation généralisée des technologies de l’information chez les femmes et soutenant les activités du portail web d’information et de télécommunication permanent « Communauté des femmes d’Eurasie » ;

reconnaissant que l’utilisation plus efficace de la capacité de participation des femmes dans l’économie contribue à sa compétitivité, permet de créer plus d’opportunités commerciales, favorise le développement de la coopération commerciale internationale, du progrès social ;

affirmant l’importance d’assurance des conditions permettant aux femmes de combiner leurs responsabilités familiales et leurs activités professionnelles, ainsi que le rôle particulier des femmes dans l’éducation des enfants, dans la protection des valeurs familiales et dans la préservation du climat moral et éthique positif dans la société ;

affirmant la nécessité de la coopération féminine afin de renforcer la santé publique, y compris la création d’un environnement sain et sûr, une motivation accrue pour vivre une vie saine, la motivation des employeurs pour prendre soin de la santé du personnel, l’encouragement de la participation active des femmes dans la prise de décisions administratives dans le secteur santé ;

appelant à un plein soutien aux activités bénévoles et volontaires des femmes relatives à la promotion des sports et d’un mode de vie sain, à la création des conditions favorables pour les femmes de tout âge et au développement des programmes de vieillissement actif ;

CONSTATONS que le Forum féminin eurasien s’est imposé comme une plate-forme de dialogue internationale efficace et représentative dont les activités contribuent fortement à la consolidation de la communauté féminine mondiale afin de construire un avenir stable et sûr ;

SOULIGNONS le rôle clé des femmes dans l’humanisation des relations internationales ainsi que dans la formation d’une dimension d’un dialogue libre des nations visant à assurer le développement harmonieux de l’humanité ;

ENGAGÉS à assurer un accès égal et complet des femmes aux ressources économiques, y compris la terre, les crédits, la science et la technique, la formation professionnelle, l’information, les supports de communication et les marchés, comme un des moyens de la promotion ultérieure du rôle des femmes, en leur offrant, en particulier, plus de possibilités de profiter des biens liés à l’égalité d’accès à ces ressources, notamment par la coopération internationale ;

NOUS FÉLICITONS les efforts visant à la réalisation des projets et des initiatives dans le domaine d’implication des femmes dans les activités économiques et sociales à l’égal des hommes, ainsi que le rôle actif de la communauté des femmes dans la mise en œuvre d’initiatives au sein des associations d’intégration mondiales et régionales telles que : l’OCS, BRICS, l’APEC, le Groupe des vingt (G20), ainsi que dans le cadre de la « Women-20 » (W20) ;

SOUTENONS l’implication plus ample des femmes dans le service diplomatique à travers le monde, l’augmentation du nombre de femmes dirigeantes qualifiées, compétentes et dévouées au sein des institutions de la gouvernance mondiale ; nous félicitons la signature, dans le cadre du deuxième Forum eurasien des femmes, de la Déclaration d’intention de création d’une Association eurasienne des femmes leaders régionales ;

DÉNONÇONS TOUJOURS ET NOUS OPPOSONS FERMEMENT à l’application des sanctions contre les parlementaires comme contraires au droit international, aux valeurs démocratiques et mettant à mal la coopération politique et les fondements de la confiance mutuelle ;

SOULIGNONS L’IMPORTANCE DES DÉCISIONS DU DEUXIÈME FORUM FÉMININ EURASIEN

sur le soutien aux activités économiques et commerciales des femmes, au développement de l’entrepreneuriat féminin, notamment dans le domaine social, au dialogue commercial de portée internationale entre les femmes en tant que moteur de développement des exportations et des importations ;

sur l’égalité des chances entre les hommes et les femmes dans le cadre du développement des industries de haute technologie, de l’économie « verte », de l’économie digitale, de l'Élevage Intelligent, de la diffusion des meilleures pratiques pour la promotion des compétences numériques pour les femmes ;

sur la mise en œuvre des projets internationaux de soutien au leadership des femmes dans les organisations de la culture comme l’un des axes importants de la coopération internationale, de la promotion d’une pleine réalisation du potentiel existant de l’entrepreneuriat féminin dans le domaine de la culture ;

sur la création d’une stratégie efficace pour le développement de la charité et la construction d’une coopération internationale dans le domaine social, notamment sur la base des nouvelles technologies ;

sur la promotion du développement et de la mise en place d’une institution de tutelle pour les femmes permettant l’échange mutuel de connaissances et de compétences dans le domaine socio-économique ;

sur le renforcement du rôle des femmes dans la préservation des valeurs familiales et des attitudes traditionnelles, du climat moral et éthique dans la société, ainsi que de l’interaction de la communauté internationale des femmes dans ce domaine ;

sur l’amélioration de la qualité des soins de santé pour les femmes vivant dans les zones rurales et éloignées, ainsi que du développement des infrastructures, du réseau routier, des services de transport, du soutien aux initiatives dans le domaine de la culture et de l’éducation pour ces femmes ;

sur le développement des activités visant à accroître le volume et la disponibilité des soins médicaux et médico-sociaux pour les personnes âgées, ainsi que sur le développement d’un système de prévention du vieillissement prématuré ;

sur l’assurance de l’égalité des chances en matière d’emploi et la réduction de l’écart entre les hommes et les femmes dans les activités professionnelles, sur l’assurance des conditions permettant aux femmes de combiner leurs responsabilités familiales et professionnelles par l’offre des bénéfices aux femmes et le soutien à leur compétitivité sur le marché du travail,

sur l’intention de créer une Association eurasienne des femmes leaders régionales qui réunira les femmes chefs des territoires de niveau régional et local, les parlementaires, les représentants des autorités exécutives, des organismes sans but lucratif, les chefs des projets de bienfaisance, les personnalités influentes du mouvement international des femmes ;

sur l’intention d’organiser un marathon global des histoires de succès féminines sur le portail web informatique de télécommunication « La communauté des femmes d’Eurasie » ;

sur l’élimination de toutes formes de violence contre les femmes et les enfants, sur l’aide aux pays touchés par des conflits armés et des catastrophes naturelles où les femmes et les enfants restent les plus vulnérables et les plus fragiles ;

sur la lutte collective des structures publiques et civiles de la société contre les organisations terroristes, la mafia internationale de la drogue et le crime organisé ;

sur le soutien aux efforts des femmes pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs conséquences, notamment via la participation active des enfants et de la jeunesse aux projets sociaux d’éducation visant à protéger l’environnement, tels sont « Les petits écologues d’âge préscolaire, les Ecoliats,  les jeunes défenseurs de la nature ».

APPELONS les États et les organisations internationales, ainsi que la communauté internationale à :

éliminer des obstacles injustifiés au déroulement de carrière des femmes dans la gestion publique, le service diplomatique et les affaires ;

développer et promouvoir des programmes spécialisés pour accroître l’activité économique des femmes et leur culture numérique et financière, inclure ces questions en tant que prioritaires dans les agendas des organisations et des associations internationales ;

accorder une attention particulière à la couverture législative de l’expansion des opportunités juridiques, économiques et sociales pour les femmes, à l’amélioration du système de protection de la famille, de la maternité et de l’enfance, à l’assurance des soins médicaux et sociaux de qualité,

utiliser une approche intégrée et des technologies de pointe pour créer des programmes de vieillissement actif et sain;

améliorer l’accès des femmes à des emplois de qualité grâce à un salaire égal pour un travail de valeur égale, à l’assurance des services de garde d’enfants accessibles, ainsi qu’à la prévention de la violence et du harcèlement au travail ;

adopter les meilleures pratiques mondiales pour assurer l’accès des femmes à l’éducation,

contribuer à surmonter les inégalités entre les hommes et les femmes dans le domaine scientifique, attirer l’attention du public sur les réalisations des femmes dans les domaines scientifique et caritatif ;

promouvoir la participation active des jeunes filles et des femmes à la science et populariser le slogan « Le monde a besoin de la science qui ne peut pas se passer des femmes » ;

améliorer l’accès à la justice pour les femmes dans les situations de conflit et post-conflit, notamment par une enquête opérationnelle, la poursuite et le châtiment des individus coupables de violence, ainsi que par l’indemnisation des victimes, le cas échéant ;

utiliser le potentiel des femmes pour lutter contre la glorification du nazisme, le néonazisme et d’autres formes des pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée, conformément à la résolution 72/156 adoptée le 19 décembre 2017 par l’Assemblée générale de l’ONU, et soutenir, à cette fin, l’initiative de reconnaître la victoire sur le nazisme dans la Seconde Guerre mondiale comme un patrimoine mondial de l’humanité et, par conséquent, de conserver les mémoriaux et les monuments aux combattants contre le nazisme dans tous les pays en tant que Mémorial universel de la Seconde Guerre mondiale ;

promouvoir le rôle des femmes dans le développement du dialogue interreligieux et interethnique, notamment par l’appui à l’initiative de l’Union interparlementaire avec le soutien de l’ONU, conférence mondiale sur le dialogue interconfessionnel et interethnique qui devrait réunir les chefs d’États et de gouvernements, les présidents des parlements, les parlementaires et les représentants des religions du monde ;

compte tenu de l’importance du Forum féminin eurasien comme la plus grande plate-forme autorisée pour renforcer le rôle des femmes dans le monde moderne et contribuer à l’extension de sa géographie, organiser le prochain forum en 2021 et lui accorder le statut d’un forum féminin mondial ;

APPELONS les chefs d’États et de gouvernements, les présidents des parlements, les dirigeants des organisations internationales, les personnalités politiques et publiques, les représentants du monde des affaires, des milieux scientifiques et culturels, des médias, des organisations non gouvernementales à faire tous leurs efforts pour diffuser et mettre en œuvre les dispositions du présent Document.

Télécharger