ENREGISTREMENT
ESPACE PERSONNEL
РУССКИЙ
ENGLISH
DEUXIÈME FORUM FÉMININ EURASIEN


La gestion de l’énergie dans l’économie domestique

4.jpg

Le rôle des femmes dans la sécurité écologique 

La session stratégique du deuxième Forum féminin eurasien « Les femmes pour l’énergie du futur » consacré aux questions d’énergie « verte » et d’implication maximale des femmes dans ce secteur précis, les participants ont discuté de la façon dont chaque maîtresse de maison peut apporter sa contribution pour changer la situation écologique dans le monde.

« Aujourd’hui il est indispensable de chercher à faire en sorte que les sources d’énergie renouvelables deviennent prioritaires et non plus alternatives », assure Elizabeth NELSON, vice-présidente de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD). D’après elle, pour accélérer le passage à un tel vecteur de développement il faut qu’un grand nombre de femmes soit impliqué dans le secteur énergétique. Pour cela, il faut que soient réunies au niveau de l’État les conditions pour que les femmes bénéficient d’une formation spécialisée, de même que l’égalité des chances pour l’emploi dans les entreprises spécialisées.

À l’heure actuelle, un grand nombre de jeunes filles font leurs études dans ce domaine mais après l’obtention de leur diplôme elles ne restent pas toutes dans la profession. Ceci s’explique notamment par un stéréotype enraciné dans la société : un travail aussi pénible n’est pas pour les femmes. Des exemples remarquables démontrent pourtant le contraire, ils motivent non seulement les représentantes du beau sexe à mettre en valeur leur potentiel dans le domaine de l’énergie mais aussi les chefs d’entreprise à commencer à impliquer les femmes dans le processus de production.

D’après Anastassia BONDARENKO, ministre russe adjoint de l’énergie et modératrice de la rencontre, la proportion en Russie entre les femmes et les hommes dans le secteur énergétique est équilibré : les statistiques ministérielles donnent un rapport de 54% pour les hommes et 46% pour les femmes. 

Par ailleurs, une motivation importante pour les femmes peut être l’aspiration à améliorer les méthodes de gestion. Ainsi, Mi-Young Han, présidente de l’Association mondiale des femmes-inventeurs et entrepreneuses, a parlé du projet « Inventions vivantes ». Des femmes, confrontées quotidiennement à des difficultés ménagères concrètes, ont élaboré et mis en œuvre des projets réels. Par exemple, une ménagère coréenne a inventé un balai qui permet de laver par terre debout sans se pencher, une autre femme a inventé un appareil qui nettoie par ionisation des déchets gras lors de la préparation des plats en friture. 

Chaque femme confrontée aux tâches ménagères peut apporter sa contribution dans le changement de la situation écologique dans le monde. Pour cela, d’après Olga SÉNOVA, présidente de l’organisation écologiste « Les amis de la Baltique », il est nécessaire de faire des économies d’énergie au niveau de la vie quotidienne : planifier le budget familial, isoler correctement et au bon moment les fenêtres et les portes, choisir à dessein les rideaux pour un bon éclairage, etc. 

Dans le cadre du projet SPARE qui opère dans 16 pays et 7 districts fédéraux de Russie, et qui implique 18 000 personnes, sont organisés des séminaires de sensibilisation et des cours sur le climat et l’énergie, des formations à la constitution de plans climatiques, des concours de projets scolaires en matière d’efficacité énergétique et autres activités.

Une grande importance est accordé au domaine de l’énergie et de l’écologie par les médias. « Les informations sur l’écologie sont non seulement inoffensives mais en plus elles ont leur utilité », assure Marina MICHOUNKINA, première adjointe au directeur général de la maison d’édition « Argoumenty i fakty ». En 2017, Année de l’écologie, l’éditeur a réalisé le projet « Écologie de la Russie » dans le cadre duquel a été mené un écoaudit des entreprises industrielles, des zones de villégiature et territoires réservés aux loisirs ont été inspectés, un « passeport vert » a été établi pour les sites et le premier forum de l’hospitalité russo-turque a été organisé. 

Dans le cadre des travaux de la session stratégique Saltanat RAKHIMBEKOVA, présidente du conseil d’administration de l’union des personnes morales « Coalition pour l’économie verte et le développement G-Global », membre du Conseil de transition vers l’économie verte auprès du président de la République du Kazakhstan, a présenté le livre Voie verte : EXPO-2017 et l’économie verte, qui traite de projets « verts » majeurs actuels. En outre, ce livre contient des informations d’analyse sur les transformations à grande échelle au Kazakhstan depuis son indépendance. 

« Nous avons besoin de sources de motivation, assure Yemi BABINGTON, chef de Global Shapers Community, je ne crois pas en les supermen, je crois en les superwomen ! »

Polina DANILOVA,

Agence de presse « Société féminine eurasienne »


Возврат к списку